Foire aux questions

Les questions que vous vous posées


Tout savoir sur les hanches

Pourquoi ai-je besoin d’une prothèse de hanche?

L’indication la plus fréquente pour la pose d’une prothèse totale de hanche est la coxarthrose, c’est-à-dire l’arthrose de la hanche. D’autres maladies peuvent justifier la mise en place d’une prothèse, comme la polyarthrite rhumatoïde ou la nécrose de la tête fémorale. Certains cas de fracture nécessitent également une prothèse. Dans tous les cas, la pathologie affecte le bon fonctionnement de l’articulation. Lorsque la douleur, la limitation de mobilité entraînent la diminution importante des activités et s’aggravent en dépit du traitement médical, il faut envisager l’intervention.

En quoi consiste une prothèse totale de hanche ?

La prothèse totale a pour but de restituer la géométrie de l’articulation ainsi que sa mobilité. En clair, elle va permettre au patient de  » retrouver une hanche oubliée « , c’est-à-dire ne plus penser à sa prothèse. Le principe de la prothèse est de remplacer la tête du fémur par une tête prothétique et la cavité du bassin par une cupule apte à recevoir cette tête prothétique.

Quelle est la différence entre une procédure classique et une MIS ?

La procédure classique nécessite une relativement large incision (15 à 25 cm). La procédure MIS nécessite une incision de 7 à 12 cm, en fonction de la corpulence du patient. L’opération avec une technique MIS peut durer légèrement plus longtemps qu’avec une procédure classique (les durées varient d’un patient à l’ autre en fonction des pathologies et des configurations morphologiques). Le chirurgien, seul, procède à la sélection des patients candidats à la pose de prothèse de hanche selon les pathologies ou les configurations morphologiques tels que le poids ou l’âge, par exemple.

Quels sont les avantages des procédures MIS pour le patient ?

Ces techniques ont été conçues pour minimiser les dommages infligés nécessairement aux muscles, tendons et ligaments lors de toute intervention chirurgicale. L’implant et son devenir sont en tout point identiques à ceux d’une technique conventionnelle

Parmi les effets bénéfiques:

  • – Des pertes sanguines moindres.
  • – Des douleurs moindres par rapport à une procédure conventionnelle : les ligaments, muscles et tendons ne sont pas sectionnés.
  • – Une récupération beaucoup plus rapide qui permet de quitter l’établissement de soin plus rapidement.
  • – La stabilité de l’articulation traitée est plus grande, ce qui permet de réduire considérablement le risque de luxation.
  • – Une rééducation facilitée et accélérée permettant de reprendre une vie normale plus rapidement.
  • – Des risques d’infection réduits en raison de l’exposition à l’air plus restreinte du site opératoire.

Combien de temps après l’opération peut-on reprendre une activité normale ?

 

Quel est le suivi post-opératoire ?

Il est identique à celui d’une procédure conventionnelle. Le chirurgien met en place un protocole de contrôle sur une durée de 6 mois, période pendant laquelle des séances de kinésithérapie sont prescrites. Le nombre des séances est variable en fonction de la récupération. Bien que la douleur s’estompe plus rapidement et que la prothèse se fasse  » oublier « , il est important de respecter les indications du chirurgien.

Les techniques MIS sont-elles nouvelles ?

La technique MIS Simple Incision n’est pas nouvelle. Elle est l’aboutissement d’un long processus de recherche et de mise au point. Les chirurgiens français qui ont été formés et entraînés pour réaliser la procédure MIS Simple Incision sont plus en plus sont nombreux.

Aujourd’hui, des milliers de patients en ont bénéficié, notamment aux Etats-Unis, où elle est appliquée en ambulatoire. Les chirurgiens français sont nombreux aujourd’hui à être entraînés et formés à pratiquer cette technique.

La technique de transcollation est innovante et vient finaliser le concept de chirurgie préservatrice.

 

Tout savoir sur les genoux

Prothèse totale du genoux avec la technique MIS

   Le patient idéal
– Une jambe mince
– Déformation de – 20°
– Un bon secteur de mobilité
– Un flessum de – 20°
– Pas de surcharge pondérale
– Une rotule de position normale
– Pas d’antécédant chirurgical du genou
– Un patient peu musclé
– Un revêtement cutané bien vascularisé
   L’autre Patient
– Une grosse jambe
– Une déformation de + 20°
– Une mobilité limitée
– Surcharge pondérale
– Un antécédant chirurgical
– Une musculature importante
– Un mauvais état cutané

Pourquoi ai-je besoin d’une prothèse de genou ?

L’indication la plus fréquente pour la PTG est la gonarthrose, c’est-à-dire l’arthrose du genou, qui est la cause la plus fréquente de douleur de genou après 50 ans. C’est l’arthrose la plus plus fréquente (3 fois plus que la coxartrhose – hanche – ). Dans les ¾ des cas, il s’agit d’une atteinte fémoro-tibiale interne.

L’évolution de la gonarthrose est progressive :

  • > des douleurs pouvant irradier dans la jambe altèrent la marche dans certaines positions (terrain accidenté, escaliers, positions assises prolongées et changement de position assise à la position debout). De façon générale, lorsque le mode de vie est affecté vous devez envisager de faire remplacer l’articulation de votre genou.
  • >L’examen clinique présente une augmentation de volume du genou par l’épanchement, des points douloureux à la pression de l’interligne externe,
  • > Un mouvement de latéralité qui reflète l’usure ostéo-cartilagineuse parfois masquée par une rétraction ligamentaire dans la concavité,
  • > Examen du morhotype : genou qui déforme les jambes en O ou genu valgum qui déforme les jambes en X.

A l’issue d’un traitement évolutif (rééducation, rééduction, médical, arthroscopie) n’apportant plus aucune amélioration dans votre déplacement, la pose de prothèse de genou est indiquée.

En quoi consiste une prothèse totale de genou ?

Le remplacement de l’articulation du genou implique le ressurfaçage des os au moyen d’une prothèse. Comme un genou normal, votre prothèse présente des surfaces qui vont vous permettre de supporter des charges particulières. Aujourd’hui, l’implantation d’une PTG est aussi sûre qu’une PTH, même si le genou représente une articulation beaucoup plus complexe et moins stable que la hanche.

En quoi est faite une articulation artificielle du genou ?

Les matériaux utilisés pour la fabrication des articulations artificielles jouent un rôle primordial : les implants sont soumis à des charges extrêmes à l’intérieur du corps, ce qui implique une résistance particulièrement forte pour supporter tous les cycles de charge pendant le temps de leur utilisation. Aujourd’hui, les composants des PTG sont forgés à chaud pour que la résistance soit optimale qui permettent d’excellents résultats métallurgiques et physiques.

Combien de temps après l’opération peut-on reprendre une activité normale ?

Les lésions traumatiques étant diminuées, la douleur moins importante, la stabilité maximale car les risques de luxation sont réduits : la récupération est facilitée et le retour aux activités quotidiennes est plus rapide, et dépend de la constitution du patient.

Quel est le suivi post-opératoire ?

Le chirurgien met en place un protocole de contrôle sur une durée de plusieurs mois, période pendant laquelle des séances de kinésithérapie sont prescrites. Le nombre des séances est variable en fonction de la récupération. Bien que la douleur s’estompe plus rapidement et que la prothèse se fasse « oublier « , il est important de respecter les indications du chirurgien.

Notre avis de professionnel

Le kiné :  » le patient retrouve son bien-être rapidement « 

Le lever du patient est beaucoup plus simple, car sa mobilité est accrue. Il retrouve une autonomie plus rapidement : au bout de 2 jours, il marche avec une seule canne. Sa rééducation n’est plus focalisée sur la récupération de son autonomie, mais sur sa récupération fonctionnelle. Le patient n’est pas  » omnubilé  » par des douleurs ou des soins locaux : il retrouve un bien-être beaucoup plus rapidement qu’avec une technique conventionnelle.

Related Posts

Foire Aux Questions

L’activité sexuelle après une arthroplastie total de la hanche.

  Les douleurs chronique de la hanche peuvent affecter les rapports sexuels. Des études ont été menée dans différents pays, aux états-unis, en Suisse et en France notament. Le service d’orthopédie et de traumatologie, CHU Read more...

Foire Aux Questions

Illustrations de bons conseils

  Les images du Docteur Procyk   Ici vous trouverez une des gallerie pinterest où le Docteur Procyk met les images les plus interessantes sur les problêmes d’articulations, les prothèse de hanche, les prothèse de Read more...

Foire Aux Questions

Quelle est la durée de vie des prothèses de genou ?

Par La rédaction d’Allodocteurs.fr Rédigé le 05/06/2013, mis à jour le 07/06/2013